0

Rapport pour avis sur les crédits de l’audiovisuel extérieur de la France

Le 23 novembre j’ai présenté devant la commission de la culture, de l’éducation et de la communication du Sénat mon rapport pour avis sur les crédits de l’audiovisuel extérieur de la France.

L’année 2016 constitue une étape importante pour l’audiovisuel extérieur français. Aux défis qui ont émergé les années précédentes – nouveaux usages des médias, apparition de nouvelles zones de conflits et remises en cause de la liberté de l’information – s’ajoutent denouvelles frontières constituées, notamment, par des mutations technologiques (passage à la HD dans les pays occidentaux et en Asie, développement de la TNT et du mobile en Afrique) ainsi que par une explosion de l’offreLe risque d’éviction est donc grand pour les opérateurs français de l’audiovisuel extérieur s’ils ne réussissaient pas à s’adapter aux évolutions technologiques ou à conserver leurs audiences du fait de la concurrence.

Il n’existe pas de solution unique compte tenu de la grande diversité des situations ; quelques principes émergent néanmoins pour comprendre comment réussir cette mutation :

– la qualité de l’offre (rigueur, ouverture culturelle, diversité des programmes et des supports) et l’attachement aux valeurs démocratiques constituent des points forts de l’audiovisuel extérieur français : l’intérêt pour des médias de langue ou de culture françaises est d’abord fondé sur un regard particulier sur le monde et sur l’actualité qu’il faut préserver ;

– la proximité est une autre valeur forte de notre audiovisuel extérieur, qui cherche à répondre précisément aux attentes de ses publics à travers le multilinguisme de RFI et France 24 et à travers la multiplication des antennes et des décrochages locaux ;

– la recherche de partenariats est aussi une valeur sûre pour pallier un manque de moyens. TV5 Monde cherche ainsi à accroître le nombre de ses partenaires tandis que France 24 poursuit sa coopération avec le site Mashable et que RFI propose de nombreux programmes à ses partenaires locaux ;

– la modernisation des structures progresse, enfin, à travers la recherche de mutualisations (lancement de la chaîne Franceinfo, implication de RFI dans le lancement de la chaîne France 24 en espagnol…).

L’audiovisuel extérieur évolue et fait preuve d’initiatives. Seul un manque de moyens contraint les initiatives et limite, quelque peu, l’imagination. Car là est la difficulté : si le Gouvernement a fait un effort indéniable pour permettre à France Médias Monde et à TV5 Monde de tenir leur rang, on sent bien que nos « champions » sont en train de perdre du terrain face aux autres grands groupes que sont notamment la BBC, Deutsche Welle, CCTV, qui bénéficient de moyens considérables.

Or notre audiovisuel extérieur constitue un outil irremplaçable et les moyens que nous lui consacrons ne sont plus adaptés aux enjeux.

Le projet de contrat d’objectifs et de moyens de France Médias Monde s’inscrit à maints égards dans le prolongement du précédent, dont les résultats sont tout à fait significatifs et positifs. Ceux de TV5 Monde, qui a dû faire face avec compétence et professionnalisme à une attaque informatique sans précédent au printemps 2015 et qui a poursuivi avec succès la mise en oeuvre de son plan stratégique, sont le fruit du travail des équipes de direction, journalistes, personnels techniques, qui se démènent sur tous les continents pour faire vivre une présence et des valeurs françaises et francophones. Ces résultats sont probablement ce qu’on peut obtenir de mieux compte tenu des moyens qui sont aujourd’hui consacrés à l’audiovisuel extérieur. Mais, dans le monde troublé que nous connaissons, de nombreuses nations ont fait de l’audiovisuel extérieur une priorité et un enjeu géopolitique majeur. C’est le cas de l’Allemagne et de la Grande-Bretagne mais aussi de la Russie, de la Chine, de certains pays du Golfe.

Votre rapporteure pour avis regrette que notre pays n’ait pas encore pris ce chemin, se contentant d’essayer de maintenir ses positions avec le souci de maîtriser les moyens budgétaires consacrés à cette action. Un nouveau consensus est nécessaire, qui donnerait un caractère de priorité politique à l’audiovisuel extérieur et qui permettrait à France Médias Monde ainsi qu’à TV5 Monde de déployer véritablement leurs savoir-faire.

En attendant ce sursaut, votre rapporteure pour avis observe que le projet de loi de finances pour 2017 comprend des avancées significatives sur le plan budgétaire, qui s’inscrivent dans le cadre du second contrat d’objectifs et de moyens de France Médias Monde – auquel votre commission a décidé de donner un avis favorable – ainsi que dans le nouveau plan stratégique de TV5 Monde. Un socle est donc constitué qui doit permettre de construire une nouvelle ambition ; celle-ci passera par la poursuite des réformes et des mutualisations auxquelles notre commission est depuis longtemps attachée.

Lire ici l’intégralité de mon rapport pour avis sur les crédits de l’audiovisuel extérieur de la France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*