1

L’institut français de Slovaquie ne sera pas fermé

Depuis novembre 2009, alertée par les Conseillers de l’Assemblée des Français de l’Etranger Louis Sarrazin et Jean-Yves Leconte, ainsi que par Michel Dubost de l’Association des Français de Slovaquie, je m’attache à défendre l’avenir de l’Institut Français de Bratislava.

Face au manque d’information, les rumeurs avaient la part belle et évoquaient la situation déficitaire de l’Institut, ou bien la priorité donnée par l’Etat à d’autres contrées du globe, plus lointaines, pour annoncer sa disparition programmée. Pourtant, la proximité géographique de la Slovaquie est un atout d’importance dans ses relations économiques avec la France, notamment dans le secteur automobile. Ces intérêts économiques génèrent en outre un besoin de formation, de cours de français et de culture française chez les employés de Peugeot. Si la diffusion de la culture française s’affaiblit avec la disparition de l’Institut Français chargé de l’entretenir, comment continuer de susciter l’intérêt pour les produits français ? L’intérêt économique risque d’en souffrir dans un effet collatéral.

Le ministre des Affaires étrangères et européennes, Alain Juppé, me répond enfin (alors que son prédécesseur Bernard Kouchner n’avait donné aucune suite à mon courrier) et m’assure que la fermeture de l’Institut n’est pas envisagée et que l’Institut de Bratislava constitue bien au contraire « un élément essentiel de notre dispositif dans ce pays ». La situation financière de l’établissement a été « assainie » et « reste à consolider afin d’assurer la pérennité des actions de l’Institut Français ».

Voilà une bonne nouvelle dont je me réjouis pour la communauté française de Bratislava et les nombreux bénévoles francophiles qui œuvrent sans compter au service de la culture française en Slovaquie.

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*