1

Voyage à Hong Kong, Taipeh et Séoul 8 – 18 janvier 2012

HONG KONG

Dimanche 8 janvier 2012

Arrivée en fin de journée. Je suis accueillie par M. Arnaud Ledreydt, officier de liaison immigration, ensuite par M. Arnaud Barthélémy, Consul général de France, et enfin par René Aicardi, Conseiller à l’Assemblée des Français de l’étranger qui m’accompagnera au cours de tous mes déplacements en Asie.

Dîner très sympathique avec les membres de la section PS et sympathisants FDM-ADFE

Lundi 9 janvier

M. Julien Chiaroni, attaché scientifique, sera chargé de nous accompagner dans nos déplacements au cours de cette journée.

Nous nous rendons au Consulat général pour un entretien avec M. Arnaud Barthélémy, Consul général, et son adjoint, suivi de d’une réunion avec tous les chefs de service : M. Gilles Bonnevialle, conseiller de coopération et d’action culturelle, M. Benoît Gaudin, attaché linguistique, Mme Morgan Jacquat, directrice du bureau Invest in France (AFII), Mme Caroline Schaack de Ubifrance et M. Stéphane Ciniewski, conseiller économique.

Le consulat est situé au cœur du quartier des affaires. La communauté française compte 10500 inscrits sur la liste consulaire dont 6300 sur la liste électorale. Quatre bureaux de vote seront ouverts pour les élections de 2012. La communauté française est essentiellement une population d’expatriés, même si une tendance à rester plus longtemps que les 3 à 5 ans d’usage commence à se dessiner. On ne compte pas plus de 5 dossiers traités par le comité consulaire pour la protection et l’aide sociale. Le plan de sécurité du consulat couvre également les ressortissants de l’Union européenne. Les épidémies et pandémies sont considérés comme les risques majeurs, et la présence d’une centrale nucléaire proche située en Chine continentale suscite quelques inquiétudes.

Dans le domaine économique la présence française est importante, 700 entreprises génèrent 30000 emplois, avec un chiffre d’affaires de 7 milliards d’euros. On constate une complémentarité très nette entre les secteurs porteurs à Hong Kong et l’offre française : la finance et la banque, le négoce, l’hôtellerie et la restauration, l’aéronautique, l’électronique.

Le problème de l’immobilier et de sa cartellisation est important à Hong Kong et induit des prix extrêmement élevés.

Les autorités ont pris conscience du problème de la pollution mais les mesures prises sont encore faibles.

Un grand nombre (216) de Volontaires internationaux en entreprise sont présents sur Hong Kong et Ubifrance organise ici aussi le concours du meilleur VIE. Les activités d’Ubifrance ne se distinguent pas toujours très nettement de celles de la Chambre de Commerce, comme le confirmera l’entretien avec la Directrice adjointe de la Chambre de Commerce.

Les services culturels organisent un grand festival annuel le French May qui propose des événements culturels multidisciplinaires tels que des expositions : Picasso, Bernard Venet, Nathalie Decoster, ainsi que des spectacles, des concerts, de la danse : un festival très dense étalé sur deux mois. L’activité culturelle est extrêmement riche et facilitée par des levées de fonds bien ancrées dans les mœurs.

Visite en début d’après midi du Centre d’études franco-chinoises. Ce centre jouit d’une double tutelle, celle du CNRS et celle du ministère des Affaires étrangères. Il dispose d’une antenne à Taipeh et compte huit chercheurs statutaires de différentes disciplines. Hong Kong est le meilleur endroit pour mener des recherches sur la Chine et pour pouvoir publier. Outre ses publications personnelles, le centre édite une revue trimestrielle Perspectives Chinoises, une publication reconnue au delà du monde des sinologues. Les chercheurs du centre collaborent avec l’université de Hong Kong et des chercheurs individuels.

Les problématiques des jeunes chercheurs, du financement des doctorants et de la suppression des bourses de recherche et des bourses Lavoisier sont abordées.

Visite de l’Alliance Française située à deux pas du Centre d’études franco-chinoises. Nous sommes accueillis par M. Gérald Candelle, le directeur, M. Jean-François Morisot, croisé autrefois à Munich et aujourd’hui directeur des cours à Hong Kong, M. Gérard Henry, rédacteur en chef de Paroles la publication de l’Alliance Française, Mme Carine Blache, responsable des activités culturelles et Mme Laurence Huret, membre du Conseil d’administration de l’Alliance, autrefois conseillère à l’Assemblée des Français de l’étranger, que j’ai plaisir à revoir. L’Alliance est bien située, même si le bâtiment manque de charme, et dispose d’un équipement très satisfaisant. Un enseignant nous fait une démonstration sur le bon usage du tableau interactif.

La soirée commence par une très grande réception dans un grand hôtel de Hong Kong pour la remise du cordon de Commandeur de la Légion d’Honneur à Sir David Li par Jacques Attali et se poursuit par un dîner offert par Sir David Li réunissant notamment le Chief Executive (le chef du gouvernement) et l’élite financière de Hong Kong.

Mardi 10 janvier

Nous sommes accompagnés par M. Benoît Gaudin, attaché de coopération linguistique et éducative, pour nous rendre au lycée français international Victor Segalen, établissement conventionné qui compte 1700 élèves en section française et 600 en section internationale préparant le baccalauréat international. (53 bourses seulement et 70 prises en charge sont attribuées).

Nous sommes accueillis par M. Francis Cauet, le proviseur, et nous rencontrons d’abord M. Laurent de Meyere, vice président du Comex, le comité de gestion de l’établissement qui comprend 12 parents mais aussi des représentants du consulat, deux enseignants et le proviseur. L’établissement arrive à saturation et la construction d’une extension du lycée est prévue à l’échéance de 2 ans pour un coût de 35 millions d’euros. Un financement est recherché parmi les anciens élèves ainsi que les grandes sociétés, de façon à augmenter les écolages le moins possible. Un effort de l’AEFE sur les « remontées » du salaire des résidents serait le bienvenu.

Rencontre ensuite avec l’équipe administrative : M. Francis Cauet, le proviseur, M. Jean-Marc Dubois et M. Pascal Adam, directeurs du primaire, M. Stéphane Ivanoff, proviseur-adjoint, M. Samuel Hureau, gestionnaire, Mrs Mary Lawton, proviseure-adjointe en charge de la section internationale.

Une section bilingue a été mise en place en 2000 et la première cohorte arrive aujourd’hui en classe de troisième. La section OIB sera mise en place à partir de la classe de 3ème.

En primaire le mandarin est obligatoire pour tous et 90% des élèves continuent son enseignement au collège. Le lycée compte 2 enseignants expatriés, 43 résidents et 70 recrutés locaux (95% d’entre eux seraient titulaires de l’éducation nationale).

Après une visite de l’établissement, René Aicardi et moi- même rencontrons une délégation d’enseignants avec lesquels nous déjeunons : M. James Thiteridge, M. Laurent Abbal, M. François Dremeaux, Mme Jeannine Baud et M. Paul Megevand.

Retour au consulat pour des entretiens individuels.

Nous visitons ensuite la section consulaire qui compte 12 agents pour gérer les quelques 10000 Français en augmentation constante depuis 1998. La population française compte surtout des cadres et leur famille dont la durée de séjour est relativement courte. Le poste a délivré 2400 visas Schengen en 2011, 420 visas long séjour dont 320 pour études. Le poste devra, comme tous les postes, fournir un gros travail pour les élections.

Rencontre avec Mme Orianne Chenain, directrice-adjointe de la Chambre de Commerce établie depuis 1986. La Chambre compte 776 membres et propose environ 70 événements par an. Elle est organisée en comités techniques et publie un magazine, un annuaire, un fascicule Comment s’installer à Hong Kong. La Chambre de commerce aide les entreprises françaises à l’export vers Hong Kong, tout comme Ubifrance, et propose aux entreprises une domiciliation et un hébergement. La Chambre a 22 salariés dont 3 qui s’occupent de l’emploi et de la formation.

Réunion publique organisée par Marc Villard, candidat aux législatives dans la circonscription avec Laure Desmonts, sa suppléante : de nombreuses questions posées à l’issue de sa présentation, un bon débat !

Mercredi 11 janvier

Rencontre avec quelques-uns des conseillers du commerce extérieur de la France de différents secteurs d’activités : l’agroalimentaire, (M. Jacques Boissier), les services environnementaux (M. Philippe Grelon de Veolia), la banque (M. Pascal Lambert de la Société générale), la construction (M. Vincent Avrillon de Dragage, filiale de Bouygues), l’assurance (M. Richard Burton de la Coface), l’édition (M. Victor Visot de Hachette aujourd’hui racheté par Hearst). Tous s’accordent à souligner l’attrait de Hong Kong et le contexte propice aux affaires. Hong Kong est également la porte d’entrée vers la Chine pour les entreprises européennes. Départ pour Taipeh en fin de matinée.

TAIPEH

Mercredi 11 janvier

Arrivée à Taipei en début d’après midi. Nous sommes accueillis par M. Olivier Richard, Directeur du Bureau français de Taipeh. Visite du Bureau Français de Taipei.

Réunion à la Résidence avec les Chefs de service du Bureau français à Taipei, M. Philippe Wieber, directeur adjoint, M. Jacques Ajouc, secrétaire général, rencontré voici quelques années alors qu’il était en poste à Stuttgart, Mme Florence Dierick-Otte, chef du service commun de gestion, M. Christophe Gigaudaut, conseiller de coopération et d’action culturelle, M. Pierre Moussy, chef du service économique et M. François Côtier, responsable d’Ubifrance. Notre réunion est suivie d’un dîner offert par M. Olivier Richard, Directeur du Bureau Français de Taipei.

 Jeudi 12 janvier 

Visite des deux campus de l’Ecole française, la Taïwan European School avec M. Christophe Gigaudaut, conseiller de coopération et d’action culturelle, ainsi que le site de Yangmingshan (secondaire) et le site de Wenlin (primaire). Nous serons rejoints par notre ami Kamel Benaïssa, secrétaire de la section PS de Taipeh. Nous sommes accueillis puis guidés par Mme Catherine Buatois, directrice de la section française de l’école européenne de Taïwan.

La section française de l’école européenne de Taïwan est un établissement homologué qui propose un enseignement bilingue. Cette année, une classe de première est ouverte, mais l’enseignement s’arrêtera à la classe de seconde à partir de l’année prochaine. Les élèves pourront s’ils le souhaitent intégrer la High School et y préparer le baccalauréat international. Le nombre d’élèves dans les classes de lycée est insuffisant. L’alternative sera d’envoyer les élèves sur Hong Kong, Shanghai ou la France avec les difficultés d’hébergement et d’encadrement que cela peut poser pour des adolescents.

À partir de l’année prochaine également l’enseignement du chinois passera à cinq périodes par semaine, ce qui risque d’entraîner la perte de l’homologation en raison des modifications du volume horaire en général. Le problème du coût est également évoqué. Quelle que soit la décision prise, la section française devra contribuer au financement de la mise en place des nouveaux modules de chinois.

Déjeuner offert par le Directeur du Bureau Français de Taipei pour Mme Tchen Yu-hsiu présidente de l’Alliance Française, M. Wu Chih-chung vice-président de l’Alliance Française, M. Christophe Gigaudaut conseiller de coopération et d’action culturelle, M. Hervé Dematte directeur de l’Alliance Française, René Aicardi et moi- même.

A l’issue du déjeuner, nous visitons les locaux de l’Alliance française.

Nous nous rendons ensuite à la librairie Le Pigeonnier, fondée par Françoise Zyllerberg, une pionnière de la relation culturelle franco-taïwanaise. C’est une vraie, belle librairie, et aussi une maison d’édition, qui souffre des mêmes difficultés que les librairies en France, avec encore plus d’acuité, et l’augmentation de la TVA va encore aggraver le problème. Nous rencontrons Sophie Hong, propriétaire de la librairie, francophone et francophile, qui est également créatrice de mode et de bijoux, une artiste qui illustre pleinement le côté chaleureux des Taïwanais.

Nous assistons ensuite à un dîner offert par M. Olivier Richard, directeur du Bureau Français de Taipei avec M. James Lee, directeur d’Europe au Ministère des Affaires étrangères taïwanais, M. Philippe Wieber directeur-adjoint du BFT, et René Aicardi.

Vendredi 13 janvier

Petit déjeuner animé avec les amis de la section PS de Taïwan.

Permanence au Service de l’Administration des Français du BFT. Avant les entretiens individuels, discussion avec M. Jacques Ajouc, Secrétaire général.

Brève escapade touristique et déjeuner avec Sophie Hong, René Aicardi, Marc Villard et Laure Desmonts, suppléante de Marc Villard aux élections législatives.

Visite à la Chambre de commerce où nous sommes reçus par M. Cédric Alviani, le directeur, et Me Denis Forman, vice Président et fondateur qui nous présentent les activités de la Chambre. Elle a été créée en 1991 et compte environ 130 membres. Ses activités sont différentes de celles d’Ubifrance. Elle s’occupe des entreprises en aval laissant l’activité en amont à Ubifrance. La Chambre dont nous visitons les locaux héberge des entreprises. Elle s’occupe de placements et en a effectué une quarantaine l’année dernière.

Réunion publique avec Marc Villard et Laure Desmonts suivie d’une rencontre conviviale

Samedi 14 janvier

Départ à destination de Séoul

SEOUL

Samedi 14 janvier

Arrivée dans l’après midi à Séoul sans René Aicardi, Conseiller à l’AFE pour la circonscription, qui arrivera un peu plus tard dans l’après midi. Je suis accueillie par M. Sébastien Jaunet, deuxième conseiller à l’ambassade.

Mme Elisabeth Laurin, l’ambassadrice de France, a retardé son départ pour Paris de quelques heures pour nous accueillir à la Résidence ce qui nous permettra de rencontrer les chefs de service : M. Fabrice Leggieri, Premier conseiller, M. Benoît Gauthier chef du service économique, M. Daniel Ollivier Directeur de l’Institut français, M. Arnold Rocke, chef de chancellerie et M. Sébastien Jaunet.

 Dimanche 15 janvier

Réunion chaleureuse des amis du PS et de FdM-Adfe autour d’un brunch et suivie d’une promenade dans un marché du vieux Séoul accompagnés de notre ami Pierre Ory, secrétaire de la section PS de Séoul.

Lundi 16 janvier

Visite de l’Alliance française et entretien avec M. Jacques Cretin, directeur de l’AF et délégué général pour les sept alliances françaises en Corée. Un constat s’impose rapidement : des travaux sont indispensables pour rendre les lieux plus accueillants. Espérons qu’un accord sera trouvé avec le président de l’AF dans les meilleurs délais.

Nous sommes rejoints par M. Daniel Ollivier, et nous nous rendons à l’Institut français que nous visitons. Nous discutons également avec les attachés présents.

Mardi 17 janvier

Entretien avec M. Edouard Champrenault, directeur de la Chambre de Commerce franco-coréenne. La Chambre compte 213 membres, 2/3 de Français et 1/3 de Coréens, et les PME sont les cœurs de cible. La Chambre organise une trentaine d’événements par an, publie une revue et propose deux blogs l’un en français, l’autre en coréen. Elle a une fonction bilatérale, c’est-à-dire qu’elle apporte également une aide aux entreprises coréennes qui veulent s’établir en France. La Chambre est en concurrence avec Ubifrance sur l’amont, moins sur l’aval; elle offre un hébergement aux entreprises qui se montent en Corée. On compte relativement peu de VIE en Corée, environ une cinquantaine, auxquels s’ajoutent également quelques jeunes qui arrivent avec un visa vacances-travail. La chambre n’offre pas de service Emploi, le placement y est très compliqué du fait de la langue qu’il faut absolument maîtriser pour trouver un emploi dans une entreprise.

Je profite de la rencontre avec M. Champrenault, qui est également vice-président du comité de gestion du lycée, pour le questionner sur le projet de délocalisation de l’établissement. Le comité de gestion serait dans une phase de réflexion sur le financement, et un terrain à été proposé par la municipalité.

Visite du lycée français où nous sommes accueillis par M. Jean-Yves Bichel, proviseur, et où nous retrouvons Mme Françoise Guelle, attachée linguistique.

Le lycée, conventionné, compte aujourd’hui 436 enfants. Un enseignement bilingue est proposé, ce qui attire un nombre d’élèves plus important. Une délocalisation dans des locaux plus spacieux mais aussi plus sécuritaires est devenue nécessaire. Les frais de scolarité varient de 4500 à 9000 euros selon la classe et la nationalité. Le financement d’un nouvel établissement induira une augmentation de 12%. L’établissement compte 14 familles bénéficiant d’une aide à la scolarité.

La vente du bâtiment actuel, très bien situé, devrait pouvoir financer le nouveau bâtiment sis à la périphérie du même arrondissement. Le projet sera-t-il réalisé comme souhaité d’ici la rentrée 2014 ou 2015 ? Nous visitons les classes du lycée, plus particulièrement les classes bilingues du primaire afin de nous entretenir avec les enseignants.

Nous prolongeons la visite du lycée par un déjeuner avec Mme Guelle, M. Bichel et M. Rocke.

Mercredi 18 janvier

Retour sur Paris

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*