0

Brèves de mandat 2008-2013

Brèves de MandatTous les deux ans, depuis mon élection, j’ai rendu compte de mon travail de parlementaire d’une façon détaillée au travers de deux sites internet dédiés (« tiers mandat » et « deux tiers mandat ») dont les liens se trouvent sur mon blog . Pour compléter ce dispositif j’ai souhaité synthétiser l’ensemble de ma démarche depuis 2008 dans un document (téléchargeable ici) résumant sous forme de « brèves » les aspects les plus marquants de mon engagement.

Commencé dans l’opposition mon mandat de sénatrice se poursuit depuis un an dans la majorité parlementaire. Elue socialiste, si je suis solidaire des décisions de l’exécutif je ne suis pas pour autant sourde aux inquiétudes que j’entends lors de mes déplacements auprès des Français de l’étranger, notamment celles relayées par les sections Fdm-Adfe, ni à celles exprimées en France. Mais depuis plusieurs mois l’opposition, certains médias et parfois même des sympathisants de gauche se livrent au dénigrement systématique de tout ce que fait le gouvernement sous l’autorité du Président de la République : il serait désormais de bon ton de pratiquer ce que les journalistes nomment le « Hollande bashing ». Bien qu’impatiente, parfois déçue, je me refuse toutefois à adopter cette posture facile.

Elue des Français de l’étranger j’ai ressenti le malaise de certains face aux réformes dans les domaines qui nous touchent, notamment la représentation politique et les bourses scolaires pour ne citer que celles-ci : nous, législateurs, ne sommes pas toujours dans le même temps politique que l’exécutif et cela entraîne parfois de l’incompréhension, voire de la frustration de part et d’autre. Passer de l’opposition à la majorité nous a placés brusquement face à nos responsabilités et c’est parfois compliqué car notre logique de représentation se heurte, à certains moments, au principe de réalité du pouvoir.

Par ailleurs j’ai vu autour de moi augmenter le nombre de personnes qui souffrent de l’aggravation de la situation de l’emploi et de la détérioration du pouvoir d’achat. C’est une réalité qu’il nous faut aussi regarder en face et assumer. Mais, par-delà la crise, nous payons aujourd’hui les années 2007-2012 durant lesquelles de multiples cadeaux fiscaux ont eu un coût pour les finances publiques, 18,5 milliards d’euros, la dette s’étant accrue sur la période de plus de 600 milliards. Or, après un an de changement, dans une conjoncture pourtant difficile, le déficit public a été diminué et sera probablement inférieur à 4% du PIB en 2013. L’augmentation des dépenses publiques a, elle, été contenue à 0,5%, contre 2% en moyenne de 2007 à 2012.

Les mesures qui ont permis ces résultats sont impopulaires car elles rendent plus difficile le quotidien. Qualifiées d’austérité par les uns, de redressement par les autres, peu importe finalement car seule compte, à mes yeux, la volonté du Président de rendre pérennes des réformes économiques, sociales et politiques qui ont trop tardé à être mises en oeuvre. Sans elles, sans rigueur budgétaire associée à l’investissement, sans encourager l’économie productive au détriment de la finance spéculative, sans refonder notre démocratie sociale et politique nous ne renouerons jamais avec la croissance et donc avec l’emploi.

J’ai bien conscience que ces choix politiques représentent une déception pour certains, une souffrance pour d’autres. Cependant je me reconnais pleinement dans les décisions courageuses de François Hollande, la cohérence de son projet politique s’inscrivant dans la durée du quinquennat, pas sur quelques mois. Seulement, l’état dans lequel l’UMP a laissé notre pays et un contexte international compliqué nous obligent à être patients.

Malgré les critiques et les dénigrements nous devons donc faire bloc, être solidaires pour faire avancer les réformes et, ainsi, inventer un nouvel avenir à la France.

C’est cela le sens du changement que la gauche souhaite établir d’une manière durable.

Télécharger mes brèves de mandat ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*