0

Déplacement au Québec 11 au 13 avril 2015

Arrivée à Québec le samedi 11 avril 2015 dans l’après-midi pour un rapide déplacement au Québec. Amaury Sainjon, secrétaire de la section PS et Quentin Maridat  président de Fdm-Adfe sont là pour m’accueillir et nous nous rendons au centre-ville pour rencontrer quelques amis dont Pascal, Patricia, Fabien, Mathieu et Corinne.

Au cours de la discussion, on me signale très rapidement le problème qui se pose aux jeunes Français qui doivent venir effectuer un stage au Canada. Les structures (entreprises, universités, autres organismes) qui les accueillent doivent désormais verser 230 euros par stagiaire à l’administration fédérale. Cette mesure pose problème aux plus petites structures.

Les formalités ont également pris du retard cette année et à ce jour ni les structures qui accueillent des stagiaires ni les candidats stagiaires ne savent comment les choses vont se mettre en place cet été.

En fin d’après-midi, M. Nicolas Chibaeff, Consul général de France au Québec, reçoit les conseillers consulaires présents à Québec et les représentants des associations de Français et quelques Français invités par les Conseillers consulaires. Les associations sont nombreuses comme j’avais pu m’en rendre compte lors de mon passage précédent, certaines très anciennes et toutes les générations sont représentées. Je m’entretiens assez longuement avec la plupart des personnes présentes, notamment avec le président et le directeur général de France Québec qui organise entre  autres des échanges de jeunes Français et Québécois dans les collectivités territoriales en France et au Québec. Les contraintes budgétaires de part et d’autre de l’Atlantique mettent  ce programme en difficulté dès cette année.

La journée se termine dans un restaurant corse avec M. Chibaeff, Amaury et Quentin.

La journée du dimanche 12 sera consacrée à un déplacement à Trois Rivières pour le vernissage de l’exposition « Ferme ta boîte » qui clôt le colloque Melancholia dans le cadre de la Biennale de l’estampe contemporaine de Trois Rivières. Accompagnée de M. Chibaeff je me rends à Trois Rivières par la route du Roy qui longe le Saint Laurent. C’est la première journée de printemps, la neige fond et le fleuve charrie des blocs de glace. Magnifique paysage!

03_vue_ferme ta boîte-1Nous retrouvons Amaury Sainjon et Nathalie Bonneu, conseillère consulaire, par ailleurs très impliquée dans l’organisation de la Biennale puisqu’elle est membre du Conseil d’Administration. Nous sommes accueillis par Jo Ann Lanneville, présidente de la BIECTR et co-commissaire du projet «Ferme ta boîte» et Elisabeth Mathieu, directrice artistique de la BIECTR.

L’exposition Ferme ta boîte que j’ai soutenue a mobilisé des centaines d’artistes et le résultat est très intéressant. L’exposition partira en Belgique et en Serbie. Il serait important  de la faire venir en France. Après le vernissage nous nous rendons dans les ateliers des Beaux-Arts de l’Université sous la houlette de M. Pierre-Simon Doyon. Visite intéressante! Nous terminons notre séjour à Trois Rivières par une brève promenade le long du Saint Laurent et après le verre de l’amitié avec les organisateurs nous prenons congé de nos hôtes et reprenons la route du Roy en direction de Québec.

06_verre amitié_fb

Départ de bon matin le lundi 13 avril pour Montréal. M. Bruno Clerc, Consul général m’accueille à l’aéroport et me conduit dans les bureaux de la CITIM où j’ai rendez-vous avec Yann Hairaut, le directeur général et Yan Chantrel, conseiller consulaire et conseiller à l’Assemblée des Français de l’étranger. La CITIM subventionnée par la municipalité de Montréal et jusque-là par le Ministère des Affaires étrangères et du Développement international s’occupe de l’accueil des migrants francophones et français, notamment les PVTistes (contrats vacances travail qui permettent à des jeunes professionnels de 18 à 35 ans de voyager et de travailler pendant deux ans dans le pays ciblé, ici le Canada).  L’échange est très déséquilibré entre la France et le Canada. Si de nombreux Français sont intéressés par ce type de visa au Canada, la réciproque n’est pas évidente.

5à 600 PVTistes se rendent chaque année à la CITIM sur les 14 000 présents au Canada. Ils reçoivent une formation sur les différences culturelles entre nos deux pays et une sensibilisation aux particularités au marché du travail québécois. La CTIM aide de manière concrète à la recherche d’emploi.

Outre les PVTistes la CITIM s’adresse également aux résidents permanents. Les salariées de la CITIM reçoivent environ  6000 résidents permanents par an. Si la subvention du Ministère des Affaires étrangères est définitivement arrêtée, la CITIM ne pourra plus s’occuper des PVTistes, les subventions  du Québec étant destinées aux résidents permanents. Nous recherchons des pistes pour maintenir le service auprès des PVTistes : régions, Pôle Emploi international …

M. Bruno Clerc a organisé un déjeuner de travail avec les sept conseillers consulaires  et M. Michel Clercx, Consul adjoint. Le déjeuner sera animé par M. François Lubrina, très en forme,   et ses critiques acérées tous azimuts…

Je me rends ensuite à l’Union française où je suis accueillie par Jean Isseri et son épouse Nicole et Bettina la coordinatrice du lieu. Ma dernière visite remonte à plusieurs années et j’y avais vu une maison que l’on devinait certes magnifique  mais en ruine. L’Union française n’est pas encore sortie de ses difficultés mais le travail accompli en quelques années est remarquable. L’Union française a engagé une opération de relance et doit désormais regagner la confiance.

Elle est riche de nombreux projets culturels, économiques et sociaux que me présente Jean Isseri. Je rencontre deux jeunes filles qui y effectuent leur service civique. Si l’Union française arrive à rénover les deuxième et troisième étages, les locaux pourront être loués et permettront d’avoir de nouvelles ressources.

Je termine ma visite par une Interview avec Bertile de Contencin et Nathalie Simon-Clerc journalistes de l’Outarde libérée

Départ vers l’aéroport pour un retour à Paris le lendemain matin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*