0

Commémoration du cinquantième anniversaire de la loi Neuwirth au Sénat

J’ai été ravie de participer à l’hommage rendu ce jeudi pour commémorer le cinquantième anniversaire de la loi Neuwirth qui a permis la légalisation de la contraception. Quand Lucien Neuwirth a déposé  la  proposition de loi relative à la régulation des naissances, invitant notamment à imiter la Grande-Bretagne en proposant en vente libre un contraceptif, il a été confronté à de violentes réactions,  même dans son propre camp.

En effet, ce n’est qu’après une année de débat dans l’hémicycle et dans la société, que l’usage de la pilule contraceptive devenait légal en France, grâce à la détermination du député. Ayant pendant tous ces mois usé de pédagogie auprès de l’opinion publique comme du Parlement, il a fini par faire accepter par tous que les conséquences sanitaires des avortements clandestins et des grossesses non désirées étaient trop graves pour ne pas se saisir du sujet.

Il emporta même l’approbation du Président de la République, le Général de Gaulle, qui était pourtant dans la droite ligne de la législation en vigueur et donc contre la régulation des naissances.

Le cadre juridique issu de la loi du 31 juillet 1920, interdisait en effet toute contraception. Lucien Neuwirth a convaincu le Général de Gaulle en lui disant que ces femmes qu’il avait permis de voter ne pouvait être des demi-citoyenne et qu’après les droits politiques, venaient naturellement les droits sociaux. Charles de Gaulle répondit « C’est vrai, transmettre la vie, c’est important. Il faut que ce soit un acte lucide ; continuez ! ».

La légalisation de la contraception est une véritable avancée sociale, avancée pour les droits des femmes. Pour autant, il a fallu attendre 1972 pour que la pilule, premier moyen de contraception en France, soit remboursée par la sécurité sociale et ce n’est que quelques années plus tard que la loi Veil prévoyait la dépénalisation de l’avortement.

Cinquante ans plus tard, à l’heure où la droite sénatoriale bloque la loi sur l’extension du délit d’entrave à l’IVG, au moment où les droits des femmes reculent par exemple aux États Unis et en Russie, on se rend compte à quel point Lucien Neuwirth fut un précurseur à l’aune des contestations qui peuvent être aujourd’hui encore érigées contre les droits des femmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*