0

Conférence annuelle du CESE

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE), « chambre du 1er mot » (quand le Parlement est celle du dernier mot) et « incubateur de réforme » selon Patrick Bernasconi, le Président de cette assemblée, organisait mardi 11 et mercredi 12 juillet la première « conférence annuelle de la société civile ». L’objectif de cette conférence, l’établissement d’une feuille de route 2017-2018 en confrontant les axes votés par son Conseil en début de mandature avec le programme de travail du gouvernement et avec les grandes orientations annoncées par le Président de la République au Congrès de Versailles le 3 juillet dernier au cours duquel il déclarait que le CESE devait être « la chambre du futur ».

Sans proposer une présentation exhaustive des axes stratégiques du CESE, il est important de noter certaines des orientations choisies. Ainsi, au sein de la section des affaires européennes et internationales, outre les travaux sur le rôle de la France dans une francophonie dynamique auxquels je participe, les prochains travaux porteront sur : les migrations en Europe et plus particulièrement l’accueil et l’intégration des migrants ; la gouvernance internationale des normes sociales ou encore la politique africaine de la France dans le cadre de la mise en œuvre des objectifs de développement durable.

La section des affaires sociales et de la santé a défini comme sujet prioritaire les ruptures de parcours des jeunes majeurs protégés.

Quant à la section de l’éducation, de la culture et de la communication, elle a choisi de travailler sur les thèmes suivants : les temps de vie des enfants et les apprentissages, sport et société, l’éducation aux médias mais également, conjointement avec la section des affaires sociales et de la santé le thème de l’inclusion à l’école avec un accent sur la scolarisation des publics les plus fragiles.

Enfin, la délégation aux droits des femmes et à l’égalité qui a noté que l’égalité entre les femmes et les hommes avait été déclaré grande cause nationale, a choisi de se pencher plus avant sur les thèmes suivants : la conciliation vie personnelle et professionnelle des femmes, les droits sexuels et reproductifs, l’étude d’impact genré des politiques publiques et la lutte contre le harcèlement et les agressions faites aux femmes.

Les présidents de chaque groupe sont intervenus, et se sont félicité, à l’unanimité, sur le fait que le Président de la République avait renforcé la légitimité du CESE, ce qui constituait une bonne nouvelle pour la démocratie et la république tout en soulevant des difficultés du fait du manque de moyens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*