0

Oui, il faut limiter le cumul des mandats

« Parce que nous voulons des élus pleinement engagés pour la réussite du quinquennat de François Hollande, parce que nous voulons permettre l’arrivée d’une nouvelle génération de femmes et d’hommes aux responsabilités, nous avons décidé ensemble que notre Parti devait ouvrir la voie en matière de non cumul des mandats. »

Tels sont les propos de Marine Aubry dans le courrier qu’elle vient d’adresser à l’ensemble des parlementaires socialistes. Elle les y invite à respecter l’engagement pris lors de leur investiture et à démissionner au plus tard en septembre 2012 de leur mandat exécutif local.

Je souscris totalement à ses paroles et j’ai d’ailleurs signé l’appel lancé par mon collègue Claude Dilain il y a quelques semaines, témoignant, s’il en était besoin, que nombre de parlementaire sont favorables à cette règle,  approuvée, rappelons-le, par 80% des militants lors du référendum organisé par notre parti en 2009.

La limitation du cumul des mandats participera à la modernisation de la vie publique, à l’approfondissement de notre démocratie et à la rénovation de notre parti. Il favorisera, de surcroît, la parité, comme le rappelle le communiqué de presse du secrétariat national aux droits des femmes du PS ci-dessous:

 

Mercredi 29 août 2012

Communiqué

Adeline Hazan, Secrétaire nationale aux droits des femmes.

Respecter les engagements en matière de non-cumul, c’est agir pour le renouvellement, la parité et l’égalité

L’égalité entre les femmes et les hommes est l’un des grands enjeux du mandat de François Hollande. Des inégalités insupportables persistent et il est temps d’y mettre fin par des actions volontaristes telle que la mise en place d’un gouvernement paritaire.

Les parlementaires socialistes s’inscrivent dans ce mouvement. Avant même qu’une loi sur le non-cumul des mandats soit votée, ils doivent respecter leurs engagements et décliner cette exemplarité voulue par le Président de la République, le Premier Ministre, les Français-es, les militant-e-s socialistes, en renonçant, lorsqu’ils en sont titulaires, à un second mandat au sein d’un exécutif local. Ils favoriseront ainsi le renouvellement et la parité en politique.

Les parlementaires socialistes concernés ont annoncé qu’ils renonceraient au plus tard le 1er octobre 2012 à leur mandat au sein d’un exécutif local et nous devons respecter ensemble la parole donnée.

Au côtés de Martine Aubry, nous resterons vigileant-e-s à l’application des règles que les socialistes se sont fixés en matière de non-cumul des mandats. Il en va de la construction de la parité, de l’égalité entre les femmes et les hommes, et de la vitalité de notre démocratie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*