1

Suppression de la subvention au service d’aide à l’emploi pour les jeunes Français et francophones au Québec

Logo-MAEDI_full.jpg.pagespeed.ce.yKPMRjAAkUJ’ai interrogé, par une question écrite, le Ministre des Affaires étrangères et du Développement international Laurent Fabius à propos de  la possible suppression de la subvention dont bénéficie la CITIM, un organisme sans but lucratif fondé en 1986, qui vient en aide aux jeunes Français qui se rendent dans la province du Québec  pour acquérir une première expérience professionnelle. Lire ci-dessous le texte de ma question :

Mme Claudine Lepage attire l’attention de M. le ministre des affaires étrangères et du développement international sur la possible suppression de la subvention dont bénéficie l’organisme Clés pour l’intégration au travail des immigrants (Citim), un organisme sans but lucratif fondé en 1986, qui vient en aide aux jeunes Français qui se rendent dans la province du Québec et, notamment, à Montréal, pour acquérir une première expérience professionnelle. Elle indique que la Citim apporte une aide précieuse à environ 600 jeunes par an. Ces derniers peuvent profiter d’un accompagnement personnalisé, en vue de trouver un emploi. Elle indique que la suppression de cette subvention entraînerait la fin de cette aide à la recherche d’emploi mise en place par la CITIM à destination des jeunes Français ou francophones. Elle rappelle que de plus en plus de jeunes Français se rendent au Canada, dans le cadre de l’accord sur la mobilité des jeunes conclu entre la France et le Canada en 2003, afin de connaître une expérience professionnelle à l’international et qu’il serait donc dommageable de les priver de l’aide de la Citim dont le savoir-faire est efficace et reconnu. Aussi lui demande-t-elle comment maintenir la subvention dont bénéficie la Citim.

One Comment

  1. Madame,
    Vous avez sans doute des raisons de vous insurger contre cette suppression la subvention.
    Je serai bien curieux de prendre connaissance de la réponse que réserve le Ministre des Affaires étrangères.
    Vous ne pouvez pas ignorer que la France « vache à lait » n’existe plus.
    Le gouvernement n’a plus de grandes marges de manoeuvre, soit continuer à augmenter les taxes et impôts comme les deux premières années, soit faire des économies sur la quasi totalité des ministères.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*