0

Retour sur mon déplacement à Leipzig (13 novembre 2015)

Philippe Loiseau et Natacha Boukouroff, conseillers consulaires de la circonscription m’accompagnent ainsi que Clément Calais, consul adjoint, dans cette visite d’une journée dans la capitale économique de la Saxe.

Nous débutons nos visites par le jardin d’enfants, bilingue francophone, « Mille pattes ».  C’est un jardin d’enfants municipal, les enfants sont encadrés par des éducatrices allemandes et des assistantes de langue françaises. L’offre française est portée par l’association parentale « Milles pattes e.V. » Nous sommes accueillis par  la présidente de l’association Mme Marie-Sophie von Braun, la directrice allemande, Madame Göbel, et les assistantes de langue. Nous assistons à une séquence dans une classe. Ce n’est pas la première fois que je visite un jardin d’enfants en Allemagne mais je suis, comme à chaque fois, frappée de la différence d’approche entre une école maternelle et un jardin d’enfants. Là il n’est pas possible d’obliger un enfant à participer à une activité. Un certain désordre est donc inévitable! Mais au delà de cette considération tout à fait personnelle, nous constatons le bilinguisme effectif de ces enfants. Tous ne sont pas issus de familles bilingues ou même francophones mais tous peuvent participer aux activités en français.

?????????????

Madame  von Braun nous présente l’ensemble du programme tout à fait original.  Le jardin d’enfants fait partie d’un programme bilingue intégré, Franz, programme public, qui accueille des enfants de la maternelle au bac (Abibac possible) avec une maternelle donc,  « Milles pattes » , une école primaire (Pablo Neruda Schule) , une « Oberschule » (Georg-Schumann Schule )qui accueille les élèves qui n’ont pas les notes suffisantes pour intégrer un lycée à l’issue du primaire ( mais des passerelles existent) et un Gymnasium  collège et lycée, (Anton-Philipp-Reclam Schule). Tous les établissements ne sont pas encore sur le même campus mais c’est l’objectif. Nous rencontrons la  directrice de l’école primaire et celle du centre de loisirs de l’école primaire, nous visitons les locaux, ainsi que ceux du lycée, accompagnés de sa proviseure. Un projet tout à fait intéressant que j’aimerais voir se démultiplier et que nous devrions également proposer dans notre pays.

Nous nous rendons ensuite à l’Hôtel de Ville de Leipzig pour un entretien avec Mme Gabriele Goldfuß, directrice des relations internationales qui nous a présenté les nombreux partenariats économiques et culturels de la Ville notamment avec la Ville de Lyon. En réponse à ma question sur l’accueil des réfugiés, elle m’a confirmé que cela se passait le mieux possible, d’abord  hébergement d’urgence, scolarisation des enfants, cours d’allemand pour les adultes afin de leur permettre de trouver un emploi et à terme leur propre logement et s’intégrer dans la société. Un discours positif et déterminé. 

Nous nous dirigeons ensuite vers l’Institut français dirigé par M. Jean-Christophe Tailpied. Nous visitons rapidement l’Institut et nous nous entretenons également avec Mme Marie-Laure Canteloube (attaché linguistique) et Mme Charlotte Hoffstaetter (médiathécaire). C’est un Institut modeste et j’espère qu’il ne souffrira pas  financièrement du rapprochement avec l’Institut de Dresde.

Nous allons ensuite à La chocolaterie rencontrer des compatriotes pour un échange chaleureux.

?????????????

Notre visite à Leipzig se termine par une réception à l’Agence consulaire organisée par Dr Harald Langenfeld, consul honoraire, pour des jeunes Français présents à Leipzig dans le cadre d’une semaine de réunion du parlement européen des jeunes, accompagnés de leurs deux enseignantes. Ils nous expliquent comment ils ont été sélectionnés, parlent de leur expérience très enrichissante et émettent un regret: leurs connaissances linguistiques ne sont pas tout à fait suffisantes. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*