0

Retour sur mon déplacement au Vietnam du 24 au 28 février

Vendredi 24 février 2017

Arrivée le matin à Ho Chi Minh Ville avec mes collègues Richard Yung et Jean-Yves Leconte pour une première journée de visite. Nous nous rendons, accompagnés de Marc Villard, président de l’AFE, à l’école Boule et Billes dont les classes maternelles viennent d’être homologuées.

IMG_1162Cet établissement créé en 2004 est aujourd’hui implanté sur deux sites accueillent les enfants de la crèche à la fin de l’élémentaire et compte environ 150 enfants. Cette structure de proximité, que les familles peuvent choisir pour leurs enfants, est située en ville contrairement au lycée Marguerite Duras situé à 35 km du centre-ville. J’avais assisté à l’inauguration du lycée en 2011, très bel établissement, malheureusement déjà saturé. J’apprendrai également que les familles vietnamiennes qui aimeraient que leurs enfants bénéficient d’un enseignement français le trouvent trop éloigné…

Mais revenons à Boule et Billes. Nous sommes accueillis par le directeur Monsieur Thierry Fernandez et son épouse qui dirigent l’école,  qui fonctionne bien, à la satisfaction de tous. Pour le moment la quasi totalité des enseignants sont des titulaires en disponibilité, ce qui explique la fluctuation importante du personnel enseignant. Ces enseignants veulent à juste titre voir leur carrière progresser. Ils disposent de l’assurance maladie vietnamienne à laquelle s’ajoute une assurance privée mais ils ne cotisent pas à la retraite. Leurs enfants sont scolarisés gratuitement. Le directeur espère que l’homologation lui permettra d’avoir quelques détachés … L’école a un projet d’agrandissement  qui permettrait l’ouverture de nouvelles classes élémentaires dans le quartier 2 où résident un public potentiellement intéressé. Les coûts de scolarité s’élèvent à environ 5600 dollars/an. L’école reste ouverte une partie des vacances scolaires et proposent des activités aux familles qui le souhaitent.

La discussion, intéressante,  se poursuit sur l’enseignement bilingue et l’enseignement technique.

Nous reprenons le chemin du Consulat général où nous sommes accueillis par Emmanuel Ly-Batalan en poste à Ho Chi Minh Ville. Un déjeuner de travail nous attend avec des représentants de la communauté d’affaires, le conseiller consulaire de l’UFE, des représentants des associations. Le déjeuner est suivi d’une séance de travail avec la Consul général mais le décalage horaire se fait cruellement sentir et je vais me reposer …

En soirée premier contact avec les participants de l’université d’hiver de Fdm-Adfe arrivés des quatre coins d’Asie et d’Océanie pour 2 jours d’échanges.

.

Samedi 25 février 2017

Journée de travail et d’échanges autour des thèmes concernant les Français de l’étranger: l’enseignement: réseau AEFE,  MLF, détachements, Label Franceducation, programmes FLAM, bourses scolaires et le rôle des conseils consulaires dans l’étude des dossiers, action et protection sociale, la CFE, fiscalité, emploi et formation.

16865190_10208913495818161_3819979522127719337_nAprès le travail la détente et la section de Ho Chi Minh Ville nous a préparé une surprise avec barbecue, loto et bonne humeur dans un restaurant local.

.
Dimanche 26 février 2017

Reprise des travaux avec un exposé de nos amis du Cambodge sur la difficile création d’une Alliance française à Siam Reap suivi d’un débat sur l’utilité, les objectifs et le fonctionnement de Fdm-Adfe.

 À titre personnel je trouve que la tenue de l’université d’hiver répondait amplement  à une partie de la question: un candidat PS aux législatives, quelques membres du même parti, un candidat En Marche pour les législatives et quelques « marcheurs », des sympathisants EELV tendance Mélanchon et d’autres non encartés ont débattu sur le fond des thématiques proposées dans le plus grand respect les uns pour les autres et cela m’a conforté, si cela devait être nécessaire, de la grande utilité de Fdm-Adfe.

Départ ensuite en ordre dispersé pour nos différentes destinations. Je me rends pour ma part à Hanoi avec Anne Boulo et Marc Villard où nous sommes accueillis par M. Rémi Lambert, Premier Conseiller à l’ambassade.

.

Lundi 27 février 2017

La journée débute par un petit-déjeuner de travail avec Marc Villard et M. Michel Drobniak, Chef du service économique.

Ensuite une réunion de cadrage se déroule à l’ambassade en présence de  M. Rémi Lambert, premier conseiller, M. Benjamin Michel, responsable de la section consulaire, Mme Eva N’Guyen Bing, Mme Justine Boniface, stagiaire ENA et Marc Villard pour un tour d’horizon sur la présence française au Vietnam.

Visite ensuite du lycée Alexandre Yersin avec Marc Villard, M. Pierre-Yves Turellier, attaché de coopération éducative, M. Benjamin Michel et Mme Justine Boniface où nous sommes accueillis par la proviseure Mme Ouardda Roubi-Gonnot et  l’équipe de direction. Actuellement le lycée se trouve sur trois sites différents proches les uns des autres. Un maximum est fait pour rendre le cadre agréable mais l’exiguïté des lieux et le caractère inapproprié ( et froid! ) des salles de classe dans des immeubles de bureaux rendent urgent le déménagement dans les nouveaux locaux en cours de construction et l’on comprend l’impatience de tous. Une réunion avec les délégués des élèves du collège et du lycée est organisée. Moment sympathique!

La visite se poursuit par un déjeuner de travail organisé par la proviseure avec des représentants de la direction, des parents d’élèves et des professeurs.

L’après midi est consacrée à la visite de l’Espace, l’institut français de Hanoi où Florian Bohème, vice- Président de Fdm-Adfe Cambodge nous rejoint. M. Emmanuel Labrande, directeur de l’Espace nous  accueille et je suis saisie dès l’entrée par la beauté de l’exposition « Zen » d’un jeune artiste, Truong Tien Tra et de la sérénité que les tableaux dégagent . Nous visitons les différents services de l’Espace qui abrite outre la salle d’exposition, un bel auditorium, une médiathèque bien fournie et une antenne de Campus France ainsi qu’une cafétéria bien sympathique.

La soirée se prolonge par une réunion chez Cousins, un restaurant situé au bord du West Lake,  des membres et sympathisants de Fdm-Adfe en présence des deux conseillers consulaires Anne Boulo et Marc Villard et de Florian Bohême, vice- président de Fdm-Adfe au Cambodge. Compte tenu des échéances électorales à venir, le débat fut vif mais toujours amical!

16938939_10154758992393941_2472432234040605596_n

.
Mardi 28 février 2017.

Marc Villard, Justine Boniface et moi-même avons rendez-vous à l’Agence française de développement (AFD) où nous sommes accueillis par le Directeur M. Rémy Genevey et son équipe. Nous visitons les locaux et les responsables nous présentent les nombreux secteurs d’activité de l’AFD au Vietnam que l’on peut regrouper en secteur productif, gestion de l’eau, développement urbain et rural et enfin énergie et efficacité énergétique.  Depuis 1994 l’AFD a  financé plus de 80 projets. Le soutien à l’agriculture du pays représente 5 millions d’exploitations agricoles soutenues, le soutien à la transition vers le développement durable représente 2 millions de tonnes d’émission de CO2 évitées par an et le soutien aux infrastructures représente 6000 kilomètres de voies terrestres construites ou améliorées, 3 millions de personnes ayant un accès pérenne à l’eau potable, et une multiplication par deux de la puissance électrique entre le centre et le sud du pays. Les deux tiers des financements sont apportés par des programmes en cofinancement.

Nous rencontrons ensuite M. Emmanuel Pollein,  responsable de l’Agence française de l’adoption (AFA à HanoÏ, en même temps que Isabelle Schwengler, chargée de mission adoption internationale, protection de l’enfance et coopération non-gouvernementale auprès de l’ambassade et M. Benjamin Michel, chef de la section consulaire. Le Vietnam a signé la Convention de la Haye et la loi sur l’adoption a été modifiée en 2010, ce qui implique que moins d’enfants sont disponibles pour l’adoption internationale et que les Français doivent adopter obligatoirement par le biais l’AFA ou d’un organisme d’adoption agréé. Les coûts ne sont pas tout à fait les mêmes semble-t-il pour les familles adoptantes selon qu’elles passent par l’AFA ou un OAA. Très peu d’enfants en bas âge sont adoptables, cependant des familles sont recherchées pour des enfants plus grands et/ou à besoins spécifiques.

.

Un petit rappel sur la Convention de la Haye:

 La Convention de la Haye du 29 mai 1993 porte sur la protection des enfants et la coopération en matière d’adoption internationale.

Cette convention a pour objet selon son article premier :

– d’établir des garanties pour que les adoptions internationales aient lieu dans l’intérêt supérieur de l’enfant et dans le respect des droits fondamentaux qui lui sont reconnus en droit international ;

– d’instaurer un système de coopération entre les États contractants pour assurer le respect de ces garanties et prévenir ainsi l’enlèvement, la vente ou la traite d’enfants ;

– d’assurer la reconnaissance dans les États contractants des adoptions réalisées selon la Convention.

Elle rappelle que les enfants doivent être en priorité élevés dans leur famille ou adoptés dans leur propre pays.

 

Cette réunion sur l’adoption internationale est suivie d’un déjeuner de travail organisé à l’initiative de M. Bertrand Lortholary, ambassadeur de France. Outre l’ambassadeur sont présents Marc Villard et Anne Boulo, M. Rémi Lambert, M. Benjamin Michel, Mme Isabelle Schwengler, Mme Justine Boniface et des représentants d’ONG impliquées dans la santé, l’aide à l’enfance et la scolarisation des enfants, le statut des femmes et le développement communautaire.

La dernière visite du programme que j’effectue avec Anne Boulo et Florian Bohème sera consacrée à la Francophonie avec une visite à l’Agence universitaire de la Francophonie où je rencontrerai également M. Eric-Normand Thibeault, représentant régional de l’OIF. Nous sommes accueillis par M. Claude-Emmanuel Leroy, coordonnateur régional Asie-Pacifique  des projets. M. Leroy nous présente la nouvelle stratégie de l’AUF qui sera mise en place après approbation de l’Assemblée générale pour faire face aux nouveaux défis. Cette nouvelle stratégie mettra l’accent sur la qualité, l’employabilité et l’insertion professionnelle des diplômés et sur le renforcement de la contribution des universités, opérateurs du développement à la fois global et local. L’appui se fera davantage aux institutions en développant la formation des enseignants et renforçant les départements de langues. La promotion du numérique éducatif est également en cours.

L’AUF en Asie-Pacifique c’est 70 établissements dans 12 pays. Elle propose près de 200 cursus universitaire francophones, plus d’une vingtaine de masters pour 27 nationalités en Asie. Les propos de M. Leroy sont très positifs sans doute parce qu’ils dépassent le seul Vietnam. En effet au Vietnam le nombre des apprenants du français a été divisé par deux en quelques années.

Encore quelques heures à passer au Vietnam avant de reprendre l’avion, que je mettrai à profit pour une discussion avec Anne Boulo qui a porté une grande partie de l’université d’hiver à Ho Chi Minh Ville (ainsi que Marc Villard!),  me promener dans les rues d’Hanoï et pour découvrir la cuisine vietnamienne revue par un chef breton…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*