0

Retour sur mon déplacement à Munich 6-8 mars 2017

Je me suis rendue à Munich du 6 au 8 mars. L’occasion de visiter le lycée Jean Renoir, de rencontrer le nouveau proviseur M. Philippe Buttani  et de revoir le Consul général M. Jean-Claude Brunet qui quittera Munich à l’été. J’ai également pu assister au vernissage de l’exposition Archi Cuba de mon amie Ana Gloria Salvia, photographe franco-cubaine.

Je me rends sur le site du collège et lycée à Sendling avec Philippe Moreau conseiller consulaire. Un lieu que je connais bien ! Nous sommes accueillis par le proviseur M. Buttani qui nous présente la situation de l’établissement qui accueille aujourd’hui 1465 élèves de la maternelle à la Terminale. L’établissement arrive au maximum de ses capacités. Des infrastructures pour les activités sportives manquent au niveau du secondaire. Il manque également une grande salle polyvalente permettant, par exemple, de recevoir les parents. Un gymnase doit être construit sur le site de Giesing (maternelle et élémentaire) sans doute avec l’aide de la Bavière.  Le deuxième chantier porte sur l’informatisation et la création d’un espace numérique de travail.

L’établissement étant réparti dans deux quartiers différents, il est difficile de maintenir une politique commune et une cohésion entre les deux sites. Une meilleure communication doit être mise en place et le proviseur s’y emploie. Le dialogue avec le Betriebsrat est renoué et M. Buttani souhaiterait créer un Café des parents. Un nouveau projet d’établissement devra être mis en place lors de la prochaine année scolaire. La Bavière est très attractive en terme d’emplois et de nombreux Français continuent à arriver sur Munich. Le lycée doit donc trouver des solutions pour faire face à l’afflux prévisible d’élèves.

Madame Catherine Dehnel, directrice adjointe du primaire et M. Gabriel Gentner, directeur administratif financier se joignent a nous pour la suite des échanges qui portent sur les bourses. La quotité des bourses a baissé et le reste à charge est très difficile à percevoir. Les familles concernées sont vraiment en difficulté mais il n’y a eu à ce jour aucun enfant déscolarisé. Seules 7 ou 8 entreprises paient les frais de scolarité pour une petite centaine de familles. Selon Mme Dehnel la population scolaire change beaucoup et un grand nombre de familles ne restent que deux ou trois ans sur Munich. Ceci a un impact sur l’enseignement de l’allemand qui ne présente qu’un intérêt marginal pour ces familles de passage et qui n’est donc quasiment pas parlé à la maison. De même selon M. Buttani l’intérêt pour l’Abibac a baissé cette année mais il est encore trop tôt pour en déduire une tendance.

Le vernissage de l’exposition ArchiCuba se tient dans les locaux du Bauindustrieverband Bayern en présence de son directeur général M. Thomas Schmid et est co-organisée par Planisware dirigée par Gilles Chêne, accessoirement président de la section de Fdm-Adfe de Munich- Bavière. Je suis très heureuse de pouvoir saluer le travail d’Ana et de revoir de nombreux amis munichois.

Avant de quitter Munich, je me rends au Consulat accompagnée de Philippe Moreau. Le Consul général M. Jean-Claude Brunet nous fait visiter tous les services du consulat qui comprend une vingtaine d’agents pour une population de 46 000 inscrits sur le registre des Français de l’étranger dans le Bade Wurtemberg et la Bavière. L’augmentation de population est plus importante en Bavière que dans le Bad Wurtemberg sans doute pour des raisons économiques. La Bavière compte plus de grandes entreprises internationales dans le secteur de l’automobile, du numérique, des biotechnologies, le Bade Wurtemberg étant davantage le territoire du Mittelstand (PME).

Le sujet principal pour le consulat est, comme dans le reste du monde, l’organisation des élections avec l’ouverture de nombreux bureaux de vote, un pour 1200 électeurs.

De bonnes nouvelles concernant l’enseignement du français et la relation franco-allemande : ouverture de nombreuses crèches et jardins d’enfants franco-allemands. Le gouvernement bavarois a décidé d’introduire l’enseignement du français dans les écoles primaires en partenariat avec l’OFAJ. Une expérimentation sur trois ans est lancée dans une vingtaine d’écoles. Si le bilan est concluant, l’enseignement du français dans le primaire sera étendu dans toute la Bavière. L’enseignement du français dans les collèges (Realschulen) est maintenu et donne lieu à de nombreux échanges avec des collèges en France. Des échanges dans le secteur de la formation professionnelle se font également en partenariat avec les Chambres des métiers et la Handwerkskammer notamment dans les formations du bois. Les jumelages sont également utiles à ces échanges.

Enfin M. Brunet nous signale l’organisation d’un symposium à Erlangen par l’EZIRE (Erlanger Zentrum fü Islam und Recht in Europa) de l’université Friedrich-Alexander d’Erlangen – Nuremberg sur Islam et Droit à l’automne avec le soutien du gouvernement bavarois.

Il est temps de repartir vers l’aéroport pour rentrer sur Paris. Un peu nostalgique, quand même !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*