0

Déplacement au Mali 16 au 18 mars 2018

Arrivée à Bamako le vendredi 16 mars dans l’après midi malgré des retards au départ et à l’arrivée pour des raisons variées.  Je suis accueillie par Mme Catherine Mancip, Consule générale de France, Anna Maiga, présidente de Français du monde-adfe et une chaleur écrasante ! Nous nous rendons à l’hôtel où je rencontre le bureau de la section FDM, juste après avoir déposé ma valise.

Activités passées, celles à venir, succès rencontrés, difficultés rencontrées, nous évoquons avec Anna Maiga et le Bureau ce qui fait la vie de la section. Nous évoquons Marie-Hélène Beye qui a été longtemps l’âme de Fdm-Adfe  au Mali. Marianne Zotbar, l’ancienne présidente et ancienne directrice de l’école Les Lutins est également présente et je suis très heureuse de la revoir.

La journée du lendemain s’annonce longue et nous nous séparons en début de soirée.

La journée du samedi 17 commence très tôt et compte tenu de la chaleur, c’est une bonne chose. A 8 heures doit débuter le concours de dictée qui ouvre la semaine de la Francophonie dans l’école Les Ecrivains. Les Ecrivains est une école à programme français mais elle n’est pas encore homologuée. La direction de l’école fait de gros efforts pour répondre aux critères de l’homologation fixés par le Ministère de l’Education nationale français et elle devrait déposer un dossier l’année prochaine.

Le concours de dictée organisé par Fdm-Adfe qui s’inscrit donc dans le cadre de la semaine de la Francophonie connaît une grande affluence. Des élèves de plusieurs écoles francophones, des enseignants, des parents d’élèves et M. David Lasserre, attaché de coopération culturel qui viendra nous rejoindre en fin de matinée sont présents. Des dictées de plusieurs niveaux sont prévues entrecoupées d’intermèdes musicaux, de tamtam, de démonstrations d’escrime. Je lis le texte de la dictée aux plus jeunes, je participe à la dictée des adultes, je remets des prix. La matinée passe très vite sous un soleil de plomb, à peine tempéré par des bâches tendues dans la cour de l’établissement.

Je me rends ensuite avec Anna et Azize le secrétaire de la section Fdm-Adfe rejoindre le Loft restaurant où nous a invités  Mme Mancip pour un déjeuner de travail avec les conseillers consulaires Hélène N’Diaye et Michel Darwiche ainsi que Mme Valérie Beilvert, présidente de l’UFE et conseillère du Commerce extérieur de la France. Il est question de la communauté française, d’état civil, de visas et des problématiques particulières au pays.

J’ai ensuite rendez-vous avec Mme Evelyne Decorps, ambassadrice de France. Alors qu’il a très peu été question de sécurité jusqu’à maintenant nous abordons  ce sujet sensible  ainsi que des questions plus politiques autour des élections à venir en juillet.

Je retourne à l’hôtel pour retrouver des jeunes entrepreneurs /es issus essentiellement de la diaspora et m’informer de leur situation et des difficultés auxquelles ils sont confrontés. L’accueil qui leur réservé lors de leur retour au Mali n’est pas à la hauteur de leurs attentes et des compétences qu’ils apportent. Les difficultés administratives  qu’ils dénoncent de façon unanime  sont des freins à leur activité. Ils souhaiteraient un soutien efficace du gouvernement malien et de la France par le biais de l’AFD. Ils sont peu convaincus quand je leur dis que  ce n’est pas strictement le rôle de l’AFD.

La question des violences sexuelles et conjugales, de l’égalité hommes/femmes fait l’objet d’un débat. Parmi les jeunes entrepreneurs présents trouve le fondateur d’une association qui lutte contre les violences faites aux femmes. Il a créé cette association suite au meurtre de sa sœur par son mari. Intervention très remarquée de   Mme Maye Niaré entrepreneure, engagée dans de nombreuses associations sur de nombreux fronts, féministe.  Très très belle réunion qui leur a permis de se retrouver, de faire connaissance et d’avancer dans leur démarche. Plusieurs associations, plateformes existent déjà pour mutualiser les expériences : Entreprendre Mali créé par Awa Hacko et Aida Duplessis, Dispohub ainsi que des associations de femmes entrepreneures ;

La journée se termine par une réception à l’ambassade à l’occasion de la remise des insignes de chevalier de la Légion d’Honneur à Mme Valérie Beilvert par Mme Decorps où je me rends avec Anna Maiga. C’est l’occasion de faire la connaissance de quelques compatriotes dont l’équipe administrative du lycée Liberté, et du président du comité de gestion M. Aly Sayegh.

 Je commence la journée du dimanche 18 par un petit-déjeuner de travail avec Hélène N’Diaye, conseillère consulaire pour évoquer les questions relevant de son mandat, sur l’accès à l’enseignement français, à l’enseignement tout court, les cas sociaux qu’elle suit et son travail hors des sentiers battus.

Je rencontre ensuite Ismael Sacko, conseiller du président de la république malienne. J’évoque la question des enfants sans identité qui est un vrai problème au Mali. Il m’indique qu’il va prendre contact avec Plan international après que je lui ai signalé le travail réalisé par cette ONG sur cette problématique. Nous évoquons la relation France Mali et il m’indique qu’il souhaite prendre des contacts lors d’un prochain déplacement en France.

Je me rends ensuite avec Anna Maiga et Josephine Touré au musée de Bamako qui expose des étoffes typiques des différentes régions et ethnies du Mali  et qui explique les différentes techniques de teinture, des masques et une section archéologie. Nous allons ensuite à la Casa Blanca tenue par une compatriote pour souffler un peu avant de terminer mon séjour par une rencontre avec les membres et sympathisants de Fdm-Adfe suivie d’une permanence parlementaire.

Retour sur Paris par l’avion du soir. Arrivée à Paris sous la neige : 40 degrés d’écart en quelques heures

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*