6

Prostitution: pourquoi je réclame, avec 20 autres sénateurs, un examen rapide du texte au Sénat

94253_une-prostituee-attend-un-client-a-cote-de-sa-camionnette-amenageeAux côtés de plusieurs de mes collègues, sénateurs et sénatrices de tout bord, j’ai signé un communiqué pour me féliciter de l’adoption par les députés de la proposition de loi renforçant la lutte contre le système prostitutionnel et demander une inscription rapide à l’ordre du jour du Sénat (voir en fin d’article).

Dignité de la personne, non marchandisation du corps humain, égalité entre les sexes… Je ne reviendrai pas sur les raisons qui motivent ma position sur la prostitution et le système prostitutionnel qui lui est lié. Je les ai déjà exprimées à plusieurs reprises (voir notamment: Prostitution: pourquoi pas la pénalisation du client?,  Mon intervention dans le débat sur la proposition de loi visant à l’abrogation du racolage passif,  Lettre à un ami: la prostitution, un métier comme un autre?,  Les enjeux sociaux de la prostitution mis en lumière par le Sénat).
Mais il me semble important de répondre aux interrogations toutes légitimes que suscite cette question difficile.

Les abolitionnistes seraient-ils de redoutables putophobes aux sombres desseins liberticides qui nieraient le droit de personnes agissant librement et sans contrainte, autre que financière, à vendre leur corps?
Ce type de prostitution existe bien sûr, il ne s’agit pas de la nier. Pour autant, peut-on admettre que le consentement d’une seule prostituée rende respectable et acceptable l’esclavage de toutes les autres? Assurément non. En tant que femme de gauche, je m’oppose de la même façon à la suppression d’un salaire minimum alors même, que certaines personnes en grande précarité consentent à travailler pour un salaire moindre (remarquons d’ailleurs que dans ce cas de figure, c’est bien l’employeur qui est sanctionné et non l’employé…). L’addition de consentements individuels ne permettra jamais d’avancer vers une société progressiste. 

Les abolitionnistes seraient-ils aussi d’affreux puritains?
Cet argument moraliste est d’une parfaite malhonnêteté intellectuelle. Comment assimiler la liberté sexuelle et la libre disposition de son corps à la soumission à un rapport sexuel avec une personne que l’on n’a pas choisie, que l’on ne désire pas, qui n’a assurément pas l’intention de se préoccuper de notre propre plaisir et qui s’octroie le droit de nous imposer toute pratique puisqu’elle nous paie pour ça! En tant que femme, en tant que féministe, je revendique le droit à une sexualité entre adultes consentants libérée de tout ordre moral, de tout archaïsme patriarcal et de toute loi du marché.

Pourquoi pénaliser les clients alors qu’il suffirait de combattre davantage les réseaux de proxénétisme?
En effet, la très grande majorité des prostituées est soumise à des réseaux mafieux étrangers de traite d’êtres humains et d’exploitation sexuelle. Leur chiffre d’affaires annuel s’élève à 30 milliards d’euros en Europe. Par quel aveuglement peut-on alors ignorer que c’est bien l’argent des clients qui alimente ces réseaux? Sylviane Agacinski résume parfaitement la situation en rappelant que le marché du sexe a ses producteurs (trafiquants et proxénètes), ses marchandises (les personnes prostituées) et ses consommateurs (les clients). La responsabilisation du client par l’interdiction de tout achat d’un acte sexuel est bien, parmi d’autres, l’un des outils de lutte contre le système prostitutionnel. En outre, elle qualifie la violence prostitutionnelle et légitime par là les politiques d’alternatives, de protection et de prévention.

Le remède de la responsabilisation du client ne serait-il pas pire  que le mal de la violence subie par les prostituées, en renforçant la clandestinité? Les prostituées étant ainsi davantage exposées aux risques pour leur santé et à la violence de clients.
Rappelons qu’actuellement les personnes qui se prostituent dans la rue sont des délinquantes. En renversant la charge pénale, la proposition de loi permettra aux prostituées de menacer de dénoncer le client qui voudrait leur imposer un acte sexuel sans préservatif ou une pratique sexuelle qu’elles refusent. De plus, la question de la santé des prostituées ne peut s’entendre pleinement si l’on refuse de voir que la prostitution est, en elle même, une violence physique et psychologique, pour la simple raison qu’elle induit un nombre incalculable et quotidien de pénétrations vaginales, anales, buccales non désirées. Enfin, comment ne pas concevoir que les prostituées sont, de toute façon, placées dans une situation d’extrême vulnérabilité, qu’elles soient au carrefour d’un centre-ville, sur le bord d’une autoroute, au fond d’un bois ou dans un appartement à la porte fermée sur leur client!

La prostitution ne serait-elle pas l’ultime étape de l’émancipation des femmes, ne contrevenant ainsi aucunement à l’égalité entre les sexes?
Il  semble pourtant évident que dans une société où le corps des femmes (85% des prostituées sont des femmes)  peut constituer une marchandise, être vendu, même simplement « loué », à des hommes (90% des clients sont des hommes), être noté, commenté, conspué, sur des forum, l’égalité femmes-hommes n’est pas envisageable. Et que dire d’une société où tout homme peut être réduit à un être soumis à des pulsions sexuelles irrépressibles devant être assouvies à tout prix et où toute femme peut être considérée comme potentiellement désireuse d’arrondir ses fins de mois en se prostituant ou bien encore comme ne recherchant les rapports sexuels que dans le but d’obtenir des faveurs? La pénalisation de l’achat d’acte sexuel est l’un des outils permettant de lutter contre les stéréotypes et d’œuvrer en faveur de l’égalité des sexes. A cet égard, est-ce seulement un hasard si les pays ayant fait le choix de l’abolition sont les pays où l’égalité entre les sexes est la plus évidemment admise et efficacement mise en œuvre?

Est-ce vraiment le moment de voter une telle proposition de loi, alors que notre pays a besoin de « vraies » réformes pour lutter contre le chômage et pour favoriser la reprise? 
En tant que parlementaire socialiste,  je considère que c’est toujours le moment de voter une réforme permettant de faire avancer notre société vers plus de progrès humain et social.

COMMUNIQUE

Nous nous félicitons de l’adoption par l’Assemblée Nationale de la proposition de loi Coutelle/Olivier renforçant la lutte contre le système prostitutionnel soutenue par le gouvernement et défendue par la Ministre des droits des femmes. Cette proposition de loi prolonge le travail mené précédemment  à l’Assemblée Nationale par la mission Bousquet/ Geoffroy et celui conduit par les sénateurs Jouanno et Godefroy sur la situation sociale des personnes prostituées ainsi que par les délégations droits des femmes du Sénat et de l’Assemblée Nationale.

Pour la première fois, un texte a pour objectif de permettre aux femmes de toutes nationalités de s’engager dans un parcours de sortie de la prostitution. Reposant sur un accompagnement par les associations compétentes, il prévoit une aide spécifique financée par un fonds spécial que le gouvernement s’est engagé à abonder de 20 millions d’euros par an.

Ce texte soucieux de combattre la prostitution de rue s’attaque également au développement de la prostitution sur Internet dans le respect des impératifs de libertés publiques. Les fournisseurs d’accès devront en effet signaler les sites susceptibles de ne pas respecter la loi sur la traite et le proxénétisme sans pour autant être frappés d’un blocage administratif.

La proposition de loi veut également prévenir l’entrée dans la prostitution des différents publics – étudiants notamment -, par le développement d’actions d’information ciblées.

Enfin, reconnaissant pleinement le statut de victimes des personnes en situation de prostitution, l’Assemblée Nationale a adopté deux mesures permettant l’inversion de la charge pénale. Elle abroge le délit de racolage et, dans une optique de responsabilisation du client, interdit l’achat d’actes sexuels en instaurant un délit sans peine de prison assortie mais sanctionné par une contravention de 1500 €.

Nous estimons que l’adoption à une large majorité de la proposition de loi renforçant la lutte contre le système prostitutionnel appelle un examen de ce texte à court terme par la Chambre haute. Nous demandons donc son inscription rapide à l’ordre du jour du Sénat.

Laurence ROSSIGNOL (PS) – Chantal JOUANNO (UDI) – Brigitte GONTHIER-MAURIN (CRC) – Alain MILON (UMP) – Jean-Vincent PLACE (Ecolo) – Christian BOURQUIN (RDSE) – David ASSOULINE (PS) – Maryvonne BLONDIN (PS) – Nicole BONNEFOY (PS) – Luc CARVOUNAS (PS) – Françoise CARTRON (PS) – Laurence COHEN (CRC) – Roland COURTEAU (PS) – Joëlle GARRIAUD-MAYLAM (UMP) – Philippe KALTENBACH (PS) – Claudine LEPAGE (PS) – Michelle MEUNIER (PS) – Danielle MICHEL (PS) – Jean-Jacques MIRASSOU (PS) – Gisèle PRINTZ (PS) – Roland RIES (PS)

6 Comments

  1. On pourrait rajouter que l’on n’a pas entendu, me semble-t-il, jusqu’à présent, des prostituées ayant choisi cette activité et qui souhaiteraient que leurs enfants fassent de même une fois adultes.

    Henry Leperlier

  2. Oui, surtout faites très vite, les français considèrent bien entendu que c’est une priorité sur tous les autres sujets (chomage, logement…), que la pénalisation est approuvée par le peuple dans sa majorité et que le Sénat n’a pas d’autres priorités

  3. Bien vu Henry, analyse très fine. D’ailleurs tous les éboueurs ont rêvé de faire ce métier étant jeunes, et souhaitent que leurs enfants deviennent également éboueurs !!!

  4. Je pense que les clients et clientes n’ont aucune leçon a recevoir d’un état proxénète qui collecte l’impôt auprès de ces dames et hommes qui se prostituent.

  5. Madame,
    Je me permet de reprendre quelques citations de votre texte ci-dessus,

    « En effet, la très grande majorité des prostituées est soumise à des réseaux mafieux étrangers de traite d’êtres humains et d’exploitation sexuelle. »

    D’où tenez vous ces chiffres? Les enquêtes sérieuses, c’est à dire celles qui ont réellement demandés leur avis aux principales intéressées, arrivent toutes à des chiffres inférieurs à 10%, voir 5%
    Ces études ont été menées en Europe, par les forces de police, les universités et même les gouvernements de ces pays.
    pouvez vous citer une seule enquête scientifique de ce genre menée en France?

    « Aux côtés de plusieurs de mes collègues, sénateurs et sénatrices de tout bord, j’ai signé un communiqué pour me féliciter de l’adoption par les députés de la proposition de loi renforçant la lutte contre le système prostitutionnel et demander une inscription rapide à l’ordre du jour du Sénat »

    Lutter contre le système prostitutionnel, dites vous. Mais madame, à partir du moment ou vous vous mêlez de prostitution, vous faites partie de ce système. Vous n’êtes pas des purs esprits flottant dans l’éther, vierges de toutes salissures
    N’oubliez pas que dans le système prostitutionnel français, la première des violences faites aux prostituées est une violence d’état.
    C’est vous qui imposez de facto les condition immondes d’exercice de la prostitution en France.
    C’est vous qui imposez de facto l’isolement social des prostitué(e)s
    C’est vous qui mettez en prison le conjoint d’une prostituée dés lors qu’il bénéficie ne fus-ce que d’un euro des revenus de celle avec qui il partage sa vie et de ce fait, rend impossible pour la justice toute différentiation entre le vrai proxénète mafieux et le faux, artificiellement créé pour isoler un peu plus la prostituée.
    C’est vous qui voulez rendre l’accès à la prostitution le plus dur possible pour les prostituées

    « La pénalisation de l’achat d’acte sexuel est l’un des outils permettant de lutter contre les stéréotypes et d’œuvrer en faveur de l’égalité des sexes. »

    Autrement dit, si tu penses différemment de moi, si tes stéréotypes sont différent des miens, c’est 1500€. Paf!

    « En renversant la charge pénale, la proposition de loi permettra aux prostituées de menacer de dénoncer le client qui voudrait leur imposer un acte sexuel sans préservatif ou une pratique sexuelle qu’elles refusent. »

    Ben non!
    Toute personne ayant un tant sois peu connu le milieu de la prostitution, à commencer par les prostitué(e)s elles même vous le diront, une diminution du nombre de client et donc de revenu va forcer les prostituées à accepter plus de pratiques non désirées, à baisser les prix et à accepter des clients que normalement elles n’auraient pas accepter. Mais en aucun cas à porter plainte.

  6. Mme la sénatrice,

    Vous vous félicitez de ce débat et cette avancée démocratique, quand il n’y a jamais eu de débat la parole des principaux/les intéressé étant était muselé ou discrédité les faisant passer pour des victimes(je parle de la prostitution choisit qui concerne femmes et…. hommes et trans, absent du débat bizarrement)
    Mettre dans le même sac esclavage sexuel, proxénétisme et prostitution choisit, relève de la malhonnêteté intellectuelle, ou pire d’une idéologie moralisatrice, qui ne peut être que du fascisme, même soft.
    Tout le monde est contre la traite d’être humains, le choix, la liberté de son corps tant que ça ne porte pas atteinte à la personne ou aux personnes concernés n’a pas à être contrôlé par un état qui ne sait plus quoi faire pour masquer l’inertie sur les grands projets de société, et les promesses non tenues du président Hollande.
    Le fait de ne pas parler de la prostitution masculine montre la volonté idéologique des féministes radicales qui ont parasité ce sujet de société, difficile d’expliquer en quoi une société patriarcale peut amener des hommes à se prostituer, et des femmes à avoir recourt à des prostitués.
    Va t-on interner aussi les femmes qui partent dans les iles se payer des jeunes locaux pour les vacances?! Ou seront elles considéré comme étant des humanitaires?!
    On ne parle que de l’homme, comme d’un être malsain à reconditionner absolument, on stigmatise via cette loi les prostitués et les femmes ayant choisit librement ce métier, pas anodin, mais choisit. On cristallise encore plus la société.
    Les assoc’ tirent la sonnette d’alarme, les syndicats de policiers disent que cette loi est totalement absurde, personne ne les écoute.

    Pour répondre à vos points soulevés, le premier point:

    Vous voulez interdire les prostitué(e)s ayant choisit volontairement cette activitée d’exercer en les mettant dans le même sac que les réseaux de proxos qui sont à combattre. Si on suit ce raisonnement, on devrait interdire le mariage parce que c’est l’endroit où le viol est le plus commit. Il faut savoir faire une distinction entre actes répréhensible et choix individuelles, tout comme l’homosexualité était perçu encore il n’y a pas si longtemps comme quelque chose d’immondes, on a finit par admettre que c’était un choix. Mais avec un tel raisonnement sur la prostitution on aurait aussi pu dire que comme ils sont une minorité pourquoi ne pas continuer à les stigmatiser?!….
    La socièté a reconnu l’existence légale des homosexuels et lesbiennes avec le mariage, eux qui furent stigmatisés persécutés culpabilisés et sans statut légal social durant des siècles. Une grande solidarité devrait se lever pour retirer les prostituées de leur no-mansland social et les faire enfin exister légalement, car le phénomène reclus encore plus dans la misère et la peur ne se tarira pas. Si la gauche, hors genre « gouvernement du vice et de la vertu », veut faire une loi sur la prostitution la seule solution humaine et intelligente c’est de les faire sortir de l’underground stigmatisés et méprisés de fait, les libérer de leur peur et de leur honte sociale (car on n’annulera jamais le phénomene qui entrera encore plus dans la misére ) de légaliser et encadrer et donc de leur donner un statut social légal pour les personnes adultes qui l’ont choisi librement enfin reconnues et à respecter: cotisations, retraites etc..de les secourir socialement si elles veulent en sortir . De plus si on tentait de les racketter ou de les « proxénétiser » elles pourraient ainsi porter plainte immédiatement à la police afin d’arrêter le ou les individus, très efficace ,tout comme quand on est agressé ou cambriolé. Ensuite traquer impitoyablement les reseaux proxénétes qui exploitent les femmes venues de l’Est ou de l’Afro-Maghreb. Là la gauche veut nous faire une loi inquisitoriale à la Saint Louis grand pourfendeur en son temps de la prostitution pour des raisons « religieuses », aujourd’hui clairement idéologique de Tartuffes qui se servent souvent en caché d’escorts -girls mille fois plus discrétes que la prostituée lambda, peu de femmes minoritaires contre l’opinion génerale (73 % opposés à cette proposition de loi ) qui ont la haine de la prostitution pour diverses raisons souvent un transfert ou une impériorité …pour imposer son point de vue aux autres. Sans compter des intégristes religieux masqués ou idéologiques en lobbies ou en parti .

    Pour ce qui est du proxénétisme et l’esclavage sexuel, il doit être combattu sans faiblesse. Comme tout les crimes il ne doit y avoir ni complaisance, ni tolérance. Les agresseurs doivent être punis et mit hors d’état de nuire et les victimes libérés et dédommagées à la hauteur du préjudice. pour cela il faut un cadre légale pour la prostitution
    Interdire et réprimer jusqu’à forger l’homme nouveau…N’est ce pas la philosophie des états totalitaires?
    Si le but est de lutter contre la prostitution contrainte ou les violences, au nom de quoi la loi s’attaque à l’ensemble de la prostitution ? Et assimile de facto le client à un abuseur ?
    Là c’est comme si on filait des contraventions à tous le conducteurs d’une route au prétexte qu’on arrive pas à attraper ceux qui fraudent.

    Le deuxième point:

    Il y a 20% d’hommes qui se prostituent, pourquoi ne parler que des femmes?! Est ce une violence faite aux hommes prostitués? Est ce que les femmes qui vont voir des gigolos sont elles aussi méprisable que les hommes dans votre esprit?
    N’est ce pas un combat féministe que de reconnaître le droit aux femmes de disposés de leur corps comme elles le souhaitent, plutôt que de les victimiser et vouloir sacraliser leur sexe?! Empêchant de fait les femmes(qui sont seules, dans la misère sexuelle), qui ont les mêmes besoins que les hommes de pouvoir avoir recourt aux gigolos. En mélangeant tout, et en victimisant les femmes dans un souci assez paradoxal de les libérer, vous entretenez de fait une inégalité homme/femme, les laissant croire que ça serait mal d’aller voir des gigolos, leur sexualité étant sacralisé par la loi, la vision donné étant que ce sont des victimes.
    Je vous cite, « En tant que femme, en tant que féministe, je revendique le droit à une sexualité entre adultes consentants libérée de tout ordre moral, de tout archaïsme patriarcal et de toute loi du marché. »: Donc vous condamnez les mariages d’argent?! Ordre moral mais c’est vous qui voulez en imposer un, quand à la loi du marché dans ce cas il faudrait supprimer le travail salariale car je ne sais pas si vous êtes au courant mais de nbs personnes subissent des violences physique et morales au travail….

    Troisième point:

    Cette loi ne servira pas à lutter plus contre les réseaux, les lois existantes suffisent déjà. De plus les syndicats de police le disent cette loi leur privera d’infos sur les réseaux, et mettre des policiers traquer le client au lieu de lutter contre les réseaux, en sous effectifs et avec une délinquance de plus en plus violente, c’est totalement ubuesque. Les réseaux pourront contourner facilement la loi, en effet seul un réseau structuré et solide pourra offrir un cadre sécurisant aux clients potentiels. Ne seront attrapés que quelques gogos en mal d’amour ,ne pouvant se payer leurs services.
    Et cela suffira aux bien pensants socialos bobos qui ne connaissent de la vie que la création d’ impôts et les lois liberticides.
    Etre de gauche est au dessus de mes forces aujourd’hui tant ce monde est déconnecté de la réalité
    J’ espère un sursaut du gouvernement a sursoir a un texte aussi mal foutu, a moins que cela permette de camoufler la hausse du chômage et autres petites vilénies au petit peuple

    Cette loi pénalisera les prostitués ayant choisit et donnera l’illusion que l’etat agit.
    Bien sûr que c’est la lutte contre le proxénétisme qui doit être la base de la lutte contre l’exploitation des femmes. Celles qui proposent cette loi n’en font jamais mention (et je dis bien « celles » car il s’agit bien d’un projet de loi androphobe), et en plus, choisissent la ligne de plus grande pente car comme elles ne peuvent proclamer l’interdiction de la prostitution, elles vont au plus facile, en s’attaquant à une cible plus docile que le proxo: j’ai nommé le micheton, ou plus formellement, le client.
    Tout comme Sarkozy en 2003, alors ministre de l’Intérieur, avait choisi de pénaliser le racolage, donc les prostituées, ces féministes enragées ont choisi dont à plus faible que les vrais salauds qui mettent les filles sur le trottoir (évidemment, on ne parlera pas de prostitution masculine, les mecs peuvent bien crever la gueule ouverte…). Dans les deux cas, le gouvernement fait preuve d’une lâcheté sans limite, doublée d’une hypocrisie abyssal

    Il faut s’attaquer aux proxénètes et autres truands et laisser les ‘filles’ (et autres) et les clients tranquille. pour ca, la loi dispose de tout ce qu’il faut.
    Tout le reste n’est que de la bien bienpensance bourgeoise inutile et stupide.
    Interdire, réglementer, mais surtout quand ca peut faire rentrer du fric et quand ca touche les ‘petits’, que ca fasse du bruit et surtout que pendants se temps on ne parle pas des vrais problèmes ou justement ca manque cruellement d’interdiction et de réglementation et de respect des Hommes…. la finance par exemple…
    Nous sommes en plein délire avec les sociaux-libéraux français. En dessous de tout pour ce qui concerne l’économie, le social, l’écologie, ils ne cessent de nous imposer leurs idées et leurs concepts foireux sur la sexualité, l’internationalisme … inspirés par un groupe de bobos libéraux-libertaires. Ces gens qui ne lèvent pas le petit doigt pour agir contre les « parasites fiscaux », qui, entre autres, blanchissent l’argent de la prostitution, veulent maintenant punir les « clients » des prostitué(e)s. Vraiment n’importe quoi !

    Quatrième point:

    Donner un statut légal aux prostitué(e)s seraient plus intelligent. Vous vous cachez derrière des bons sentiments pour faire passer une loi liberticide et qui se fiche pas mal du sort des prostitué(e)s.
    La prostitution choisit est choisit, ce n’est pas une violence, ce qui est une violence c’est l’image qu’a la société de ces femmes et hommes ayant choisit cette activitée étant stigmatisé, infantilisé, instrumentalisé.

    J’en reviens au mariage, pensez vous que tout les actes sexuels soient désiré?! Que des femmes en précarité préférent rester avec leur mari qu’elles n’aiment plus et continuent d’exercer le « devoir conjugal », et inversement pour les hommes moins nbs dans ces cas là….

    Cinquième point:

    « A cet égard, est-ce seulement un hasard si les pays ayant fait le choix de l’abolition sont les pays où l’égalité entre les sexes est la plus évidemment admise et efficacement mise en œuvre? »:
    C’est vrai que l’arabie saoudite, le qatar, le pakistan etcetc sont des ex d’émancipation de la femme.
    Et si les pays nordique sont plus égalitaire, c’est avant tout sur le domaine de l’emploi, des salaires, pas grâce à des loi sur le domaine privé.

    « La pénalisation de l’achat d’acte sexuel est l’un des outils permettant de lutter contre les stéréotypes et d’œuvrer en faveur de l’égalité des sexes »:
    Lutter contre les stéréotypes c’est justement reconnaître qu’une femme est libre à l’instar d’un homme de choisir si elles préférent tailler 5 pipes par jour derrière un camion plutôt que de nettoyer les wc. Je ne vois pas trop en quoi sacraliser le sexe féminin, est ce émancipateur pour la femme. On en revient aux idéaux religieux, la femme étant incapable de faire des choix d’elle même, alors que l’homme oui….

    On ne combat pas les stéréotypes en les renforçant, en s’immiscant dans la vie privé des gens. S’attaquer aux problèmes d’emplois, de salaires, de discrimination du à la grossesse, reconnaitre l’ivg(droit qui a été explose en Espagne, et est de plus en plus attaqué en France, on voit d’ailleurs là une certaine logique de contrôle du sexe féminin) etcetc me semble être les causes d’une égalité homme/femme. La sexualité relevant du domaine privé.

    « Et que dire d’une société où tout homme peut être réduit à un être soumis à des pulsions sexuelles irrépressibles « : Ca s’appelle le viol, et un acte sexuel tarifé n’est pas un viol. Le viol étant du sadisme et un violeur ne va pas voir des prostitués.

    Pour finir:

    Combien de députés étaient présents ?
    Cette loi ne devrait pas être adoptée vu le petit nombre députés. La même chose s’est passée avec la taxe à 15,75 % sur les assurances vies épargne. Et c’est toujours la nuit que cela se passe. C’est quoi ce cirque ? Quelle belle démocratie. C’est inacceptable.
    Celle loi est une loi socio-fascisante. Ces pépés et mémères des droits de l’homme devraient sortir le nez dehors pour respirer l’air de celles qui le font tout à fait librement. Se cacher derrière les traites d’êtres humain, qui existe mais ne pas distinguer les 2, c’est de la malhonnêteté intellectuelle à l’état brut et une pierre fascisante dans notre pays des droits de l’homme.

    Le problème c’est la traite . La prohibition  » genrée » est une atteinte à la liberté . Les revendications des prostitué-es doivent être entendues , écoutées et prises en compte . Demain , on va nous faire gober que le machisme résulte de l’attitude provocatrice des femmes dans leur grimage et leurs tenues . Par conséquent , on va attendre les femmes à la sortie de Séphora et d’Undiz pour leur dresser un procès verbal . Est ce vraiment des méthodes sérieuses ?
    C’est une loi contre les femmes libres, contre les hommes. Les abolitionnistes se conduisent en petits juges, on se croirait dans un ancien pays de l’est.

    Exiger un statut pour protéger les « travailleuses du sexe », et pénaliser immédiatement ceux qui leurs permettent de travailler, c’est d’une logique implacable! DES FOUS, voilà par quoi nous sommes est dirigés!
    Et qu’en pensent nos psychiâtres de service, Marcel Ruffo, Boris Cyrulnyk, et Elizabeth Rudinesco? RIEN! Quel silence assourdissant! Il est vrai que le silence est souvent plus éloquent que la parole! DES VALETS, rien que des valets!
    Pénaliser les clients de la prostitution c’est comme si on pénalisait  » les clients du sucre ou des antis dépresseurs qui creuse le trou de la sécu  » ; C’est vide de sens , vide d’une vision politique sociale , très attendu à gauche , comme pour le MPT. C’est culpabiliser les gens et ne pas faire avancer le dossier. Comme pour la drogue ( le sexe en est une , comme les jeux..), on fait encore l’autruche .
    ce gouvernement sacrifie la raison sur l’hôtel du pouvoir jusque là , rien de nouveau … mais des élections approchent et il faut conserver cette branche judéo chrétienne qui à votée contre Sarkosy …
    Et dire qu’on se plaint des radars … !!! c’est la misère et leur incapacité à gérer cette nouvelle société qu’il prélèvent, et sans remords …! C’est nous qui trinquons encore ! Chercher un bouc émissaire face à son incompétence politique social . Et on est sois disant à gauche ….
    Ah oui c’est plus facile que de s’attaquer aux quartiers de voyous où sévissent viols en tournante, aux mariages forcés, excisions, etc…On ose parler de la défense des femmes! Ah c’est vrai il y a la fameuse stigmatisation!

    Un gouvernement qui passe son temps a abolir les libertés, a la place de faire son travail sur la dette ou le chômage est pour moi un gouvernement illégitime . Pour le mariage gay (autre saga de l’année)je n’ai rien dit car c’était ajouter une liberté .Mais dans le cas de la pénalisation du client ,la police devient une police politique au service d’une idéologie et elle sort complétement de son rôle. Si j’ai voté F.H. en 2012 ce n’est pas pour que son action soit de réduire la liberté mais de faire avancer le pays . Raté ,mais je saurais m’en souvenir a chaque vote futur

    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*